Photo prise par Alexis Lopez

Nous sommes enfin arrivés au campement. Le temps nous a laissé et le vent emporté. Depuis l’épidémie, le monde a perdu des milliers d’habitants. L’électricité n’est plus, la sécurité est un futur auquel on ne croit plus. L’hiver commence à pointer le bout de son nez, les plus faibles ne feront pas l’année. Et les plus forts ? Que feront-ils dans un monde de plus en plus menacé par la mort.
Pour couvrir les survivants et les mourants, la compagnie Carabosse a décidé d’installer de grands feux de camp sur la base. Ce sont des larges et hautes structures oranges. Elles sont habillées de flammes, et réchauffent la nuit froide qui nous attend.

Les enfants s’en approchent de très près, ils n’ont plus peur de rien. Ils sentent que toucher ces flammes, restera pour eux un dernier instant de joie. Le feu brûle dans leurs yeux. L’émerveillement les rend poétiques. Toutes ces flammes chaleureuses ondulent autour de nous. Ici, autour de l’ardeur des flambeaux, nous retrouvons notre essence, nos émotions, notre sensibilité. Nous rencontrons de nouveau ce qui fait de nous des êtres uniques. Nous ne sommes pas sans avenir, la terre brûlée restera, le feu est le reflet de notre émancipation et non de notre échec.

L’espoir réside, personne ce soir ne s’endormira avant que les flammes ne soient éteintes, elles sont ce dont nous avons besoin. Elles puisent dans notre âme de la mélancolie, de la nostalgie et surtout de l’envie. Parce que nous sommes là, tous à moitié séparé de ceux qu’on aime. Songeur à un lendemain plus doux. Et maintenant nous épousons toutes ces flammes attristées de rendre hommage à tant de personnes parties trop tôt. Elles ont trouvé la lumière.

Pour le moment, nous existons dans la passion, dans l’espoir d’une lueur. Celle de la vie ardente et acharnée. Celle d’une vie humaine.

 


Musique à écouter

Rencontre avec la compagnie Cie Carabosse

Samedi soir, je me suis rendue aux Bassin à Flot à Bordeaux. Dans le cadre du FAB. Nous avons pu découvrir les gigantesques structures de feu imaginées et construites par la Compagnie Cie Carabosse  

Le parcours s’étendait sur 2,5 kilomètres. Nous avions vraiment l’impression d’être plongés dans un monde post-apocalyptique. Le reflet des flammes dans les yeux des enfants et de tous ceux qui ont une âme d’enfant faisait parties des plus beaux souvenirs de cette exposition exceptionnelle.

Vous avez eu la chance de la voir ? Quand avez-vous pensez ? 

Je vous laisse avec ces quelques clichés…

Photo du site du FAB

 

Photo prise par Sébastien Vidal
Prise par Uneboob
Photo prise par Sébastien Vidal
Photo prise par Sébastien Vidal
Photo du site du FAB
Photo du site du FAB

 

Photo du site du FAB

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Uneboob
363545fc3513d2b827afac8da354aa7fffffffffffffffff
6 Partages
Partagez4
Tweetez
Enregistrer2