Vent, sable et brouillard…

C’est entre les gouttes et le vent qu’Ana est venue nous rencontrer. Nous étions seuls et frileux, rêveurs et optimistes. Le week-end dernier, celui du 9 décembre 2017, on partait direction Soulac dans le Médoc (33).

Ce coin est calme et désert l’hiver, cet endroit est froid et chaleureux à la fois. Absence d’êtres humains superficiels, vous y trouverez famille, ami et amoureux rêveur. Du moins à la saison de l’automne, de l’hiver et du printemps. Et même encore en été, des rêveurs s’y baladent : les habitants, les habitués, les voyageurs qui ont des nuages dans la tête.

Alors laissez-moi vous offrir un petit bout de bonheur, une petite excursion à Soulac, le temps d’un week-end, le temps d’une tempête : merci Ana.

Samedi 9 décembre 2017

Nous sommes arrivés à notre pied à terre vers midi. La première chose que nous avons faite fut de mettre le chauffage. La maison n’avait pas accueilli la vie depuis septembre, ses murs étaient froids et dégageaient une atmosphère d’austérité.

Après plusieurs heures de chauffage à l’aide de deux radiateurs, la maison était toujours glaciale. Pulls et chaussons obligent. Il a fallu attendre notre départ (dimanche) pour que l’habitacle soit bon vivre *avec un pull.

Au menu nous avions droit à de la soupe et des légumes bien chauds. Sans oublier le chocolat et le thé bouillants. Mais, c’est ce qui fait le charme de l’hiver à mon sens. Ces moments de silence, de froid et de boissons chaudes réconfortantes.

Et puis Ana s’est installée doucement dans la journée. Avant qu’elle ne soit trop déchaînée, longboard au pied et k-way sur le dos, nous nous sommes aventurés dans les allées humides et couvertes de la ville.

Sur notre chemin nous avons rencontré la fantaisie, l’amour, l’océan, la joie, l’enfance…

Etonnant, bord de mer…

Une librairie chaleureuse :

Une librairie que j’affectionne particulièrement était ouverte en ce jour si brumeux. La Librairie de Corinne est située à l’entrée de l’allée principale (des commerçants) de Soulac la première rue à droite : 7 rue André Leroux 33780 Soulac. C’est une libraire indépendante (je pense d’ailleurs écrire un article sur les librairies indépendantes).

Nous en avons donc profité pour dépenser allègrement notre argent dans des livres et des surprises délicieuses pour Noël.
Pour ma part j’ai déniché un vieux Patrick Modiano : Dora Bruder et La route de Cormac McCarthy.


Un café sympathique : Livre et Cornets


Dans la continuité de notre aventure livresque nous avons gentiment déposé nos fessiers dans un café non loin de là : Livre et Cornets. Ce café se situe dans l’allée centrale juste avant la librairie de Corinne,18 Rue de la Plage, 33780 Soulac. Là encore, c’est une bonne adresse : gaufres faite maisons, glaces, chocolats et thés chauds, bref de quoi séduire les babines des clients en toute saison.

Deux chocolats/ Livres et Cornets


Mais le plus important reste les livres qui parcourent tout le café… Outre cela, nous avons été étonné du monde qu’il y avait : des familles, des couples, jeunes, moins jeunes. Des sourires sur les visages, des enfants émerveillés par les livres, des rires, pour moi Soulac est définitivement le lieu le plus chaleureux et mélancolique qui puisse exister. Et le café faisait exactement ressortir cela.

Un sapin chez Livres et Cornets

Le lieu est très intime, on dirait un petit cocon pour chaque personne qui passe le seuil de la porte. De ce fait je n’ai pas pu prendre trop de photos…

Océanic : un Cinéma hors du commun

Enfin nous avons fini au cinéma, parce que oui il y a un cinéma qui survit à Soulac avec deux programmations par jour et un étage ! Il est juste en face du marché, plus loin dans l’allée principale 68 rue de la Plage 33780 Soulac-sur-Mer.

Oceanic vu du deuxième étage, nous étions 10 dans la salle !

Et là agréable surprise. Un cocktail coloré et brillant : Coco signé les Studios Pixar. A mon sens, c’est le film d’animation de l’année.

Nous retrouvons Miguel un jeune Mexicain vivant dans une famille particulière. En effet, elle a banni la musique depuis des générations lorsqu’un aïeul chanteur a quitté sa femme et sa fille pour faire carrière. Mais Miguel est passionné de musique, il veut devenir musicien dans le monde. Le jour de la Fête des morts, alors qu’il emprunte la guitare de son ancêtre à même son caveau, le voilà propulsé au Pays des morts.

Bon, c’est adorable, chaleureux, tabou, drôle, coloré, puissant, social, grave, beau… Allez le voir.

Puis nous sommes rentrés, nous endormir le cœur embaumé par toutes ces belles petites choses vues et rencontrées dans la journée.

Le marché illuminé en face de cinéma

Dimanche 10 décembre 2017

La tempête Ana a pris de l’ampleur durant la nuit. C’est pourquoi nous avons décidé de profiter de la matinée pour voir les Blocos de la Seconde Guerre Mondiale (39-45) chevauchant la mer déchaînée. Ils sont situés au Nord de Soulac principalement aux Aros. Pas de photos pour ce passage, je n’avais plus de batterie.

Enfin, l’après-midi alors que le temps s’aggravé, nous avons quand même voulu traverser une dernière fois la ville. Une ville rongée par de légères gouttes et un vent violent. Ce même vent qui ne part jamais, qui rend les étés plus doux mais les hivers plus rudes. J’aime ce vent.

C’est sur ces mots que je vous abandonne, bien à vous, et bon week-end !

2 thoughts on “UN WEEK-END A SOULAC EN DECEMBRE”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Uneboob
ultricies Aenean pulvinar elit. suscipit felis vel, neque. id, velit,
Partagez28
Tweetez
Enregistrer
28 Partages